Comprendre le gaspillage alimentaire

En France, le gaspillage alimentaire représente 10 millions de tonnes de nourriture par an. Un tiers de notre nourriture est jeté.


Et si, sur les trois sacs de courses que tu venais tout juste d’acheter, l’un d’entre eux s’échappait et s’écrasait sur le sol ? C’est ça l’effet du gaspillage alimentaire. Ces produits auraient pourtant été tout à fait consommables. Le problème est qu’ils sont jetés en cours de route.


Un tiers des aliments produits sont gaspillés tout au long de la chaîne alimentaire, de la récolte jusqu’à leur stockage dans ton réfrigérateur. Une partie de cette nourriture jetée n’est pas comestible, mais elle peut être utilisée à d’autres fins, à l’instar du marc de café ou des pelures de pomme. L’autre partie des aliments gaspillés est la plupart du temps comestible, et pourrait donc éviter la poubelle.



Les déchets alimentaires ont un impact inimaginable sur l’environnement — la production de nourriture laisse une grande empreinte carbone.


Nous utilisons d’innombrables ressources en énergie et en eau sur toute la chaîne de production. Le gaspillage contribue également à l’augmentation des gaz à effet de serre (CO2) qui affectent le réchauffement de la planète, en contribuant à 8 % des émissions à l’échelle mondiale.


Prenons l’exemple du riz blanc, un produit de consommation courante pour beaucoup de Français. Consommer du riz, 3 à 5 fois par semaine, tout au long de l’année contribue à l’émission de 69 kg d’émissions de CO2, ce qui équivaut à la conduite d’une voiture sur 285 km. Dans la même logique, 4 tranches de fromage contribuent à l’émission de 115 kg de CO2.


Cela signifie que lorsque nous gaspillons des aliments comestibles, nous détruisons dans le même temps des ressources essentielles à notre survie, comme l’air que nous respirons.



Trop de nourriture est gaspillée chaque année dans le monde, ce qui représente un problème éthique considérable sachant que 800 millions de personnes meurent de faim dans le monde.


L’Indice de durabilité alimentaire (ISA) indique le score moyen des progrès d’un pays vers un système alimentaire et nutritionnel durable. Il y a trois catégories. L’une d’entre elles est la perte et le gaspillage de nourriture.


Ce score est basé sur les indicateurs des politiques répondant à la perte et au gaspillage de nourriture dans la société. Le score se situe entre 0 et 100, le plus élevé indiquant la meilleure performance.


Selon le FSI, la Suède est à la 14e place, avec un score de 75 (2018), et le Royaume-Uni à la 8e place avec un score de 78,9. Nous pourrions certainement améliorer ces résultats. La France s’inscrit en tête avec 85,8.



Dans l’objectif de développement durable numéro 12 fixé par l’ONU (consommation et production responsables), la réduction des déchets alimentaires est un jalon clé. L’objectif est ici de réduire le gaspillage alimentaire en le divisant par deux à l’horizon 2030.


Notre application Karma est là pour répondre à cette problématique, en t’aidant à mettre les petits plats dans les grands au quotidien.